GR65 : les chemins de Compostelle

Le GR65, c’est au total 4 chemins distingués au patrimoine mondial de l’UNESCO, qui mènent tous vers Compostelle. En tout ce sont 5500 km de sentiers qui sont offerts aux randonneurs ! 

Les 4 chemins du GR65

Les 5500 kms du GR65 se distinguent en 4 sentiers balisés, chacun ayant pour destination finale Compostelle.

La via Podiensis, également nommée la « Route du Puy », est sans conteste la plus fréquentée. Elle jouit de la réputation d’être quasiment le chemin exact suivi à l’époque par Saint-Jacques de Compostelle. Ayant Genève comme point de départ, elle mène le randonneur au cœur des célèbres vignobles du Rhône. Le paysage se transforme ensuite avec les vastes étendues du Dauphiné, avant de débouché face aux impressionnants volcans endormis à tout jamais. La route se poursuit dans les agréables senteurs dégagées par les champs de lavandes, avant de céder la place aux arbres fruitiers des vergers nourrissants, jusqu’à atteindre Compostelle.

La via Lemovicensis, ou « Voie de Vézelay », est assez récente, puisqu’elle a été ouverte en 2003. Son point de départ est Namur, rejoint la France via les Ardennes, redescend jusqu’au Berry, au Limousin et au Perrigord, pour se raccorder à la via Podiensis. Le point de rencontre des deux sentiers est situé à Montréal-du-Gers.

Tout comme la via Lemovicensis, la via Turonensis démarre également en Belgique, à Hélécine, qu’elle relie à Paris, pour redescendre vers Chartres et Tours

Enfin, le quatrième et dernier sentier du GR65, chemine au Sud, par Montpellier et la ville rose, Toulouse.

Les Sites remarquables

Quelques soit l’itinéraire emprunté, de nombreux lieux d’intérêt jalonneront votre parcours.

Votre route vous mènera à la découverte de nombreux édifices religieux : églises, abbayes et même cathédrales, avec des architectures remarquables.

Pour les sentiers plus au Sud, les odorants champs de lavande et les nombreux vergers seront des plus agréables à traverser.

Bien entendu, le tombeau de Jacques le Majeur sera le point d’orgue de la randonnée.

La saison idéale pour faire le GR65

Le GR65 peut être emprunté à n’importe quelle saison.

Les conditions climatiques et votre lieu de départ peuvent vous aider à déterminer la date de votre randonnée. La saison la plus douce reste sans conteste le printemps, et c’est aussi la plus fréquentée.

La renaissance de la nature, avec les bourgeons, les arbres en fleur, les premiers fruits, et les jours qui rallongent sont plaisants pour entamer son parcours.

La fin de l’été est également une période agréable, avec une affluence moindre qu’en plein été.

Quel budget prévoir pour faire le GR65

Pour optimiser au maximum son budget, le bon plan consiste à profiter des « prix pélerins ». Il s’agit de prix réduits par rapport aux tarifs normaux affichés. Ils s’appliquent sur des hébergements et des points de restauration.

Pour le reste, le budget sera à déterminer en fonction de vos préférences d’hébergement et de restauration.  Hôtels, auberges, chambres d’hôtes, campings, gîtes ou même monastères, les prix y sont très variables. De même, le coût des repas ne sera pas du même ordre si vous cuisinez vous-même ou si vous déjeuner dans un restaurant.

Dormir sur le GR65

De nombreux sites d’hébergement sont disponibles tout au long des chemins du GR65, pour les randonneurs et les pèlerins.

Les Hôtels

De nombreux établissements hôteliers sont installés sur le parcours du GR65. Certains d’entre eux proposent même des formules spéciales pour les randonneurs, avec des chambres pouvant être partagées et certaines au mobilier plus sommaire pour les courts passages, à prix plus avantageux.

Certains établissements proposent également un service de restauration.

Le budget dépend du standing de l’hôtel.

Les chambres d’hôtes

Elles sont également très présentes le long du GR65. L’avantage est que le petit-déjeuner est inclus.

Des formules spéciales randonneurs sont également disponibles auprès de ce type d’hébergement. Ainsi, des hébergeurs disposant d’espaces suffisamment vaste proposent désormais des chambres partagées.

Ce type d’hébergement peut être couplé avec un service de restauration, la table d’hôtes.

Les gîtes d’étapes

C’est souvent le mode d’hébergement le plus plébiscité par les randonneurs.Le tarif moyen est estimée à 8,5 €/nuitée.

Ils sont parfois équipées d’une kitchenette pour réaliser vos propres repas.

Les campings

Il y en a plusieurs, entre les campings municipaux, des campings privés et même des campings à la ferme.

Ils sont parfois pourvus d’une supérette, idéale pour le ravitaillement.

Les monastères

Le GR65 étant emprunté par de nombreux pèlerins, les établissements religieux, tels les monastères, ont conservé l’habitude de proposer l’hébergement aux pèlerins dépourvus d’abris pour la nuit. Toutefois, cette solution ne doit être considérée que comme du dépannage, en cas de problème de place dans les autres types d’hébergement, car elle n’est pas mise en avant.

Se restaurer sur le GR65

Le GR65 est souvent éloigné des zones très touristiques. Profitez donc des opportunités de ravitaillement lorsque vous croisez la route d’une boulangerie, d’une supérette ou d’un point restauration.

Conscients de cet état de fait, les hébergeurs ont souvent prévu le nécessaire pour que vous puissiez y trouver à manger, en plus du gîte. Pensez tout de même à confirmer auprès de l’hébergeur lors de la réservation.

Préparez votre randonnée

Comme pour toute randonnée, il est vivement recommandé de préparer votre départ pour le GR65.

Les cartes IGN vous seront d’une grande utilité, de même que le Topoguide édité par la F.F.Rando.

Au départ du Sud, de Belgique ou même de Suisse, le GR65 vous mènera sur le chemin de Compostelle. Idéal pour mêler randonnée et Histoire.

Les cartes IGN du GR65

Nous vous conseillons d’acheter leS TOPOGUIDE du GR65 édité par la F.F.RANDO qui vous donne toutes les informations sur chaque étape.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*